24 août 2012

A mes frères de la Nueve

  Tu t’appelais Fermín, Manuel, Germán, Faustino, Luis, Daniel, Victor, Rafael,... Tu étais « rouge », « anar », « syndicaliste », épris de liberté, généreux et désintéressé Tu venais d’Aragon, d’Extremadura, de Galice, d’Andalousie, des Asturies, … Avec tes cheveux en pagaille et ton œil noir, tu avais pleuré un soir devant Saragosse Le sang espagnol avait beaucoup coulé cette année-là  Tu avais fui ta République chérie, ton Pays aimé, ta colonne Durutti, tu avais tout perdu jusqu’à ton honneur, ton dernier éclair d’humanité ... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2012

Villard, sniper des lettres

  Journal d’un écrivain acide en résidence La petite musique grinçante de Marc Villard fait toujours des merveilles. Jubilatoire et féroce. Elle sonne comme un solo de Coltrane. Narcissiquement désaxé. L’Atalante publie, cet été, « Avoir les boules à Istanbul », le journal décapant d’un écrivain en résidence dans la Creuse. Villard, auteur prolixe de polars, continue patiemment son opération de dézinguage du monde de l’édition. Sa série d’autofictions démarrée en 1994 par « J’aurais voulu être un type... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juillet 2012

La Tragédie selon Melville

  Bob le flambeur - Bande annonce   Pigalle 1955. Un petit matin couleur fusain. Grisaille sur Seine d’Après-guerre. Les néons expulsent leur dernier gaz. Les bars de nuit ont sommeil. Yvonne, Ginette ou Marcelle ferment la caisse. Les entraîneuses sont fatiguées, les michetons sont essorés. Quelques conscrits jouent aux soldats. Leur perm’ tire à sa fin. Dans trois heures, ils seront à la caserne à se raconter des craques. Tu te souviens de cette môme ? Elle m’a dans la peau, je te jure. C’est le sosie craché de... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 23:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juillet 2012

Dimanche, j'ai vu une légende

  ❦George Benson❦Guitar Man❦   Quelques secondes avant que ne débute le concert, les spectateurs étaient fébriles, on se regardait, on se jaugeait, serions-nous à la hauteur ? Nous n’en menions pas large dans nos fauteuils rouges. Boulevard des Capucines, entre la Madeleine et l’Opéra, nous avions rendez-vous avec l’histoire de la musique noire américaine. Que penserait-il de nous, de Paris, de la France ? Nous trouverait-il trop passifs, trop expansifs ? Nous avions peur de le décevoir. Comme à la... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2012

La comédie romantique à la française

      Réédition des deux premiers films de Philippe de Broca   La sortie DVD chez Gaumont Classiques des deux premiers films de Philippe de Broca est l’occasion de replonger dans l’œuvre d’un réalisateur volontairement oublié par la critique. Trop populaire pour être estimable, tel fut son destin ! D’aucuns s’en contenteraient, lui non. Philippe de Broca (1933-2004) n’a jamais reçu l’imprimatur d’une profession aux mœurs claniques. Il en a réellement souffert durant toute sa carrière même si ses films... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2012

Paname, Paname, Paname

  Après les Champs-Elysées, Montmartre, Montparnasse ou encore St Germain des Prés, Jean-Paul Caracalla arpente, cette fois-ci, les boulevards de Paname pour les éditions de la Table Ronde dans la mythique collection « la petite vermillon ». Historien du Paris disparu, Caracalla nous embarque dans l’omnibus qui relie l’Opéra à la Porte St Martin pour un voyage au temps de la « Belle Epoque ». Sa verve de titi des fortifs, ses dizaines d’anecdotes sur des artistes passés de mode et sa science du macadam font de... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 mai 2012

Ma Liberté

  C’était le week-end dernier, Roland-Garros avait commencé, mon roman avait encore été rejeté. La poisse. La scoumoune sans Belmondo, ni Claudia Cardinale pour me tenir la main. Je ne le trouvais pourtant pas si mauvais ce bouquin. Il y avait là-dedans deux ou trois formules scintillantes, une ou deux fulgurances franchement désespérées qui méritaient qu’on s’y attardât. Pas la peine de s’époumoner, j’étais hors circuit. Trop de gloriole. Trop de références vieillissantes. Trop de nostalgie vibrante. Toujours trop de tout... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 01:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2012

Les Beaumont d'or 2012 (1er semestre)

Les Beaumont d'or récompensent les oeuvres littéraires estimables du 1er semestre 2012. Dans chaque catégorie, un jury exclusivement composé de Joss Beaumont, a sélectionné les "meilleurs" livres des six premiers mois de l'année. Beaumont d'or du meilleur roman d'amour : Mufle de Eric Neuhoff (Albin Michel)   Beaumont d'or du meilleur livre policier : San-Antonio Tome 10 Préface de François Rivière (Bouquins Robert Laffont) Beaumont d'or du meilleur essai littéraire : Le cousin de la marquise de François Bott (la... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2012

Arnaques, crime et transactions à haute fréquence

      En terminant « Allmen et le diamant rose », je me suis interrogé sur les mérites de la littérature de gare et du plaisir immense qu’elle procure parfois. A vrai dire, cette terminologie castratrice ne correspond pas tout à fait au dernier roman de Martin Suter. Il est difficile à caser ce livre, pas tout à fait polar, ni roman policier, pas vraiment roman à intrigues, mais quoi au juste ? Le héros de Suter, l’enquêteur Johann Friedrich von Allmen, est un croisement entre Arsène Lupin pour... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2012

Caro diario

    Avant de publier un livre, les éditeurs français étudient précisément les courbes de la météo. Il n’y a pas que les paysans qui scrutent le ciel pour planter, semer ou cueillir. Les éditeurs sont, eux aussi, de redoutables marchands de quatre-saisons. L’été n’a pas encore pointé le bout de son nez que déjà, les romans de mai sentent l’huile à bronzer, l’anisette et la lavande. Après une campagne électorale harassante, débats et joutes sans fin, le lecteur veut oublier ces mots gris et sombres qui ont plombé sa... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]