27 décembre 2011

Noël, retour à la campagne

    Les vacances de Noël sont un formidable retour vers l’enfance, cette terre abandonnée où la perspective de recevoir un cadeau vous irradie de bonheur durant quelques minutes. Vous ne vivez plus que pour les jouets. Rien ne compte autour de vous. Seul le plaisir de déballer, de déchiqueter le papier et de jouer vous accapare totalement l’esprit. Vous êtes un dieu tout puissant. Ce monde clos partagé entre l’excitation et la joie est une terre promise que vous ne foulerez plus de sitôt. Passé le cap de l’adolescence, ce... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2011

Les Beaumont d'or 2011

Comme chaque fin d'année, les Beaumont d'or récompensent les oeuvres littéraires estimables de l'année écoulée. Dans chaque catégorie, un jury exclusivement composé de Joss Beaumont, a sélectionné les "meilleurs" livres des douze derniers mois. Beaumont d'or de la meilleure enquête policière : "La commissaire n'a point l'esprit Club" de Georges Flipo (La Table Ronde)   Beaumont d'or du meilleur polar : "Le Bloc" de Jérôme Leroy (Série Noire Gallimard)     Beaumont d'or du meilleur livre consacré à un écrivain... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2011

La France d’Alphonse

  L’ombre de Boudard aura plané sur l’édition durant toute l’année 2011. Les festivités ont commencé dès janvier par la parution chez Robert Laffont des Métamorphoses d’Alphonse, un recueil regroupant trois titres : Mourir d’enfance, L’étrange Monsieur Joseph et la Fermeture. En février, nous avions eu droit à un livre de souvenirs publié à La Table Ronde intitulé Ce que je sais d’Alphonse écrit par Laurence Jyl, son autre « épouse ». Et l’année se termine, fin novembre, avec la sortie de La France d’Alphonse... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2011

Si Paris m’était filmé

      Les réalisateurs de cinéma sont-ils des fainéants de première ou d’irréductibles pragmatiques ? Quand ils sont à cours d’inspiration, trouver un nouveau décor par exemple, ils ont recours à la solution miracle, la martingale magique, la vieille ficelle qu’on ressort comme une bouée de sauvetage : tourner dans Paris. Il suffit d’avoir dans l’œil de sa caméra le Louvre, les Champs-Elysées, l’Etoile, la Concorde, les Quais de Seine pour que déjà votre film commence à ressembler à quelque chose. On ne... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2011

Nucéra, voyage en littérature

  Que c’est bon, que c’est tendre de se retrouver dans les mots de Louis Nucéra. On s’y love avec déraison. Nucéra était un cas à part dans l’histoire de la littérature, c’était un écrivain qui aimait les écrivains. Chacun sait, du moins ceux qui ont eu la folie, l’audace et la faiblesse d’écrire un jour que l’on regarde toujours les autres, les fous qui écrivent avec énervement, jalousie et morgue. Le mépris et la reconnaissance ne sont jamais loin quand vient l’heure de juger un auteur. Les emballements du cœur sont souvent... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2011

Brasseur prénom Claude

      Quand on est né dans les années 70, plusieurs modèles masculins s’imposaient à nous. Ces fameux référents que les psys vénèrent et que les pédagogues conspuent. Ces hommes-là ont structuré notre cerveau et nous ont fait grandir. Tous les petits garçons de France les remercient. Nous avions à notre disposition une quantité d’acteurs qui, chacun dans leur style, venait nous extirper de notre torpeur. Ce long tunnel qu’on appelle pudiquement l’adolescence mais qui ressemble plutôt à un couloir d’ennui et de désirs... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2011

Ricardo aux mains d’argent

  Ta chevalière en or courait sur le manche de ta guitare Brigitte, les yeux mi-clos, souriait de bonheur quand tes doigts suspendus à tes cordes,  accéléraient, ralentissaient, dansaient puis communiaient avec l’âme du peuple gitan Ce don pour faire crier le flamenco, tu l’avais reçu en héritage de ton oncle dans une caravane de Sète, sur les terres humides de Camargue Aux Saintes Maries, enfant, tu étais déjà un dieu, tes petites mains d’argent valaient de l’or Un jour, avant de partir à New York, pudique et timide,... [Lire la suite]
Posté par belmondo à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]